You are here

Events

L'Ontario améliore la sécurité dans les sports de compétition pratiqués par des athlètes amateurs, des enfants et des jeunes en plus de sensibiliser les gens à la prévention des commotions cérébrales.  
 
Le ministre du Tourisme, de la Culture et du Sport, accompagné de la ministre des Services à l'enfance et des Services sociaux et communautaires et d'Eric Lindros, membre du Temple de la renommée du hockey et ardent militant en faveur de la prévention des commotions cérébrales, a officiellement lancé la campagne de sensibilisation de la Loi Rowan avec une vidéo sur la prévention des commotions cérébrales, diffusée dans les cinémas de l'ensemble de l'Ontario. Cette campagne organisée à l'échelle provinciale fournit aux personnes les plus concernées des renseignements sur la prévention des commotions cérébrales.

Déployée sur divers supports (vidéo, supports imprimés et médias sociaux), la campagne de sensibilisation de la Loi Rowan va faire évoluer le discours sur la manière dont les commotions cérébrales sont prises en charge. L'objectif est d'encourager les entraîneurs, les parents et les joueurs à cesser d'encenser les « durs à cuire » qui retournent trop rapidement sur le terrain après avoir subi une commotion cérébrale et, à la place, à reconnaître ce grave traumatisme crânien qu'est la commotion cérébrale, et le temps nécessaire pour la soigner. 
 
Clique ici pour voir la vidéo.

Le gouvernement du Canada souhaite aider les nouvelles arrivantes à trouver un emploi en leur fournissant les ressources et les services dont elles ont besoin. Ainsi, elles pourront exploiter leurs talents et tirer parti de leurs expériences pour s’établir au Canada.
 
De nombreuses difficultés compliquent la tâche de certaines nouvelles arrivantes souhaitant trouver du travail et progresser au Canada. Au nombre de ces difficultés figurent la discrimination fondée sur le sexe et sur la race, les emplois précaires ou à faible revenu, l’absence de services de garde abordables et l’insuffisance de ressources de soutien social et à l’emploi.
 
Le gouvernement reconnaît ces difficultés et a sélectionné 22 organisations de tout le pays qui comprennent les nouvelles arrivantes appartenant à une minorité visible, les difficultés qu’elles vivent et leur situation. Au cours des deux prochaines années, ces organisations lanceront des projets qui ont les buts suivants :

  • concevoir et mettre à l’essai des approches novatrices pour permettre à un plus grand nombre de nouvelles arrivantes appartenant à une minorité visible de trouver un emploi et de réussir sur le marché du travail;
  • aider les petites organisations à augmenter leurs capacités à fournir des services d’aide aux nouvelles arrivantes appartenant à une minorité visible pour permettre à ces dernières de surmonter les obstacles à l’emploi;
  • accroître les connaissances des nouvelles arrivantes appartenant à une minorité visible concernant la technologie numérique pour les aider à accéder au marché du travail canadien et à y progresser.

Le Canada introduit le Rainbow Refugee Assistance Partnership, qui offrira un soutien à un plus grand nombre de Canadiens dans le secteur privé qui soutiennent les réfugiés LGBTQ2 qui fuient la violence et la persécution.
 
À compter de 2020, la nouvelle initiative s’appuie sur le succès du programme pilote Rainbow Refugee Assistance, en augmentant le nombre de réfugiés parrainés par le secteur privé de 15 à 50 par année. Ce partenariat unique s’ajoute aux programmes existants pour les réfugiés, qui continuent à fournir une protection aux membres de la communauté LGBTQ2 et à d’autres personnes vulnérables de partout dans le monde.
 
Le Rainbow Refugee Assistance Partnership, établi en coopération avec la Rainbow Refugee Society, encouragera plus de Canadiens à soutenir les réfugiés LGBTQ2 et aidera à renforcer la collaboration entre les organisations LGBTQ2 et la collectivité offrant des services d’établissement au Canada.

Le gouvernement de l'Ontario pour la population soutient les élèves autochtones et l'éducation autochtone en révisant le programme-cadre d'études des Premières Nations, des Métis et des Inuits, de la 9e à la 12e année. La nouvelle version de ce programme-cadre est maintenant publiée sur le site Web du ministère de l'Éducation à l'intention des conseils scolaires, du personnel enseignant, des parents ainsi que des partenaires et des collectivités autochtones. 
 
Le programme-cadre comprend dix cours du palier secondaire qui donnent droit à des crédits optionnels. Ces cours permettront aux élèves d'acquérir des connaissances actualisées sur les perspectives, les cultures, les contributions et les réalités contemporaines des Premières Nations, des Métis et des Inuits dans des domaines comme l'art, la littérature, le droit, les sciences humaines, la politique et l'histoire. Par ailleurs, ils renforcent la capacité du personnel enseignant à appuyer l'apprentissage des élèves.
 
Ce programme-cadre est le fruit d'une collaboration avec des enseignantes et enseignants autochtones, des Aînées et Aînés, des gardiennes et gardiens du savoir, des sénatrices et sénateurs métis, des membres des communautés des Premières Nations, des Métis et des Inuits, des survivantes et survivants de pensionnats indiens, des partenaires autochtones et d'autres intervenants du secteur de l'éducation.
 
Le programme-cadre d'études des Premières Nations, des Métis et des Inuits, de la 9e à la 12e année permettra aux élèves du palier secondaire de mieux comprendre notre histoire commune et donnera vie aux récits et représentations plus holistiques des peuples autochtones, ce qui aidera tous les élèves dans leur exploration et leur apprentissage. 

Le gouvernement de l'Ontario encourage la population de toute la province à prendre des précautions lorsqu'elle passe du temps à l'extérieur afin de prévenir les morsures de tiques et la maladie de Lyme.
 
La maladie de Lyme est une infection grave causée par la morsure d'une tique à pattes noires infectée. Des tiques infectées se retrouvent presque partout en Ontario, raison pour laquelle le gouvernement rappelle aux Ontariennes et aux Ontariens de se protéger contre les morsures de tiques en prévision de la longue fin de semaine de congé de mai.
 
Vous pouvez être à risque d'être mordu par une tique si vous allez dans des zones boisées ou des zones comportant de hautes herbes et des buissons (notamment des jardins et des parcs en milieu urbain). Voici comment vous pouvez vous protéger :

  • Porter des chandails à manches longues de couleur claire, des chaussures fermées et des pantalons longs rentrés dans vos chaussettes.
  • Utiliser des insectifuges contenant du « DEET » ou de l'« icaridine », des produits efficaces pouvant être utilisés de façon sécuritaire s'ils sont appliqués en suivant le mode d'emploi.
  • Vérifier la présence de tiques sur vous-même, vos enfants et vos animaux de compagnie après être allé à l'extérieur et enlever promptement toute tique trouvée.

 
Les tiques sont petites et difficiles à voir. Si vous trouvez une tique, enlevez-la soigneusement avec des pinces à pointe fine, puisqu'écraser ou endommager la tique peut permettre aux bactéries de la maladie de Lyme de passer de la tique à votre circulation sanguine. Lavez la zone avec du savon et de l'eau une fois la tique extraite.
 
Consultez un professionnel de la santé dès que possible si vous avez des préoccupations liées à une morsure de tique. La plupart des cas de maladie de Lyme peuvent être traités fructueusement avec des antibiotiques lorsqu'ils sont diagnostiqués tôt.

Le gouvernement du Canada s’engage à bien gérer son système d’octroi de l’asile pour qu’il soit équitable, rapide et final. À partir d’aujourd’hui, le Canada retire tous les pays de la liste des pays d’origine désignés (POD), ce qui suspend concrètement l’application de la politique des POD, adoptée en 2012, jusqu’à ce qu’elle puisse être abrogée par des modifications législatives ultérieures.
 
Les demandeurs citoyens des 42 pays figurant sur la liste des POD étaient auparavant assujettis à une interdiction de permis de travail de six mois, à une interdiction de faire appel à la Section d’appel des réfugiés, à un accès limité au Programme fédéral de santé intérimaire et à une interdiction de 36 mois de présenter une demande d’examen des risques avant renvoi.
 
La politique des POD n’a pas atteint son objectif d’éviter que le système d’octroi de l’asile soit utilisé à mauvais escient et que les demandes d’asile des citoyens de ces pays soient traitées plus rapidement. En outre, plusieurs décisions de la Cour fédérale ont invalidé certaines dispositions de la politique des POD, la Cour estimant qu’elles ne se conformaient pas à la Charte canadienne des droits et libertés.
 
Le retrait de tous les pays de la liste des POD découle d’une modification de la politique du Canada et n’est aucunement la conséquence d’un changement des conditions prévalant dans les pays qui figuraient auparavant sur la liste.
 
La révocation de la désignation des pays d’origine n’a pas d’incidence sur l’Entente entre le Canada et les États-Unis sur les tiers pays sûrs.

Le gouvernement procède à des investissements stratégiques afin qu'il n'y ait pas de meilleur endroit que l'Ontario pour pratiquer un sport, être un athlète et participer à des compétitions. Le premier ministre accompagné du ministre du Tourisme, de la Culture et du Sport, a inauguré aujourd'hui la première édition des jeux sur invitation de Special Olympics Ontario pour les jeunes, qui se déroulent du 14 au 17 mai.
 
Les jeux sur invitation pour les jeunes réunissent 2 500 étudiants-athlètes âgés de 13 à 21 ans qui viennent du monde entier, accompagnés de leurs entraîneurs. C'est la première fois que des athlètes qui fréquentent l'école secondaire et ont une déficience intellectuelle ont la possibilité de participer à une compétition sportive internationale. Des équipes unifiées et traditionnelles s'affronteront lors d'épreuves d'athlétisme et de boules ainsi que de matchs de basketball, de hockey en salle et de soccer. Les compétitions se tiendront dans différentes installations sportives de la région du Grand Toronto, notamment au Collège Humber, au Collège Seneca, à l'Université Ryerson et à l'Université de Toronto.
 

Le gouvernement de l'Ontario étudie de nouvelles façons d'améliorer la circulation et la sécurité sur les routes provinciales en lançant trois projets pilotes de limite de vitesse sur certaines routes. Par le fait même, le gouvernement de l'Ontario procédera à des consultations à l'échelle de la province sur la façon d'accroître la vitesse en toute sécurité sur les routes de manière à être en harmonie avec d'autres provinces, et sur la conduite actuelle des gens.
 
Le ministre des Transports a expliqué comment le gouvernement prendra en compte les suggestions des gens sur la meilleure façon de moderniser le réseau routier de l'Ontario afin de mieux répondre à leurs besoins.
 
Il est prévu que trois tronçons routiers servent d'emplacements pour les projets pilotes dans le sud de l'Ontario où la vitesse sera affichée à 110 km/h dès le milieu de septembre :

  • Autoroute 402, de London à Sarnia;
  • Autoroute Queen Elizabeth (QEW), de St. Catharines à Hamilton;
  • Autoroute 417, d'Ottawa/Gloucester à la frontière entre le Québec et l'Ontario.

 
Le ministère des Transports étudie les options pour un quatrième projet pilote dans le nord de l'Ontario.
 
Le gouvernement ajoute des mesures de sécurité comme un plus grand nombre de panneaux de signalisation et de messages sur les routes. Sera également pris en compte la sécurité des conducteurs en proposant des modifications qui permettent de maintenir les sanctions pour les courses de rue à 150 km/h. Ainsi, dans les zones du projet pilote de limite de vitesse, les sanctions pour les courses de rue s'appliqueront lorsque la vitesse d'une voiture dépasse la vitesse limite prescrite de 40 km/h et non les 50 km/h habituels.

Dans le cadre du programme Fraîcheur de la ferme, le gouvernement de l'Ontario appuie une collecte de fonds dans les écoles et encourage la consommation de produits locaux et une saine alimentation. Les écoles peuvent s'inscrire au programme de 2019 en se rendant au site Fraîcheur de la ferme.
 
Le programme Fraîcheur de la ferme est le fruit d'une collaboration entre le ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario, le ministère de l'Éducation de l'Ontario et l'Association des fruiticulteurs et des maraîchers de l'Ontario. Voici ses objectifs :

  • Encourager les gens à faire des choix santé pour leur alimentation.
  • Offrir aux élèves la possibilité de se renseigner sur l'agriculture et l'alimentation, en salle de classe.
  • Soutenir les économies locales.
  • Recueillir des fonds pour des activités parascolaires telles que les sorties scolaires ou les travaux d'amélioration des cours d'école. Les écoles gardent 40 p. 100 des recettes provenant de la vente de tous les fruits et légumes frais.

 
Plus de 1 700 écoles ontariennes ont participé au programme Fraîcheur de la ferme. Les écoles ont collectivement distribué environ 1,7 million de kilogrammes de fruits et de légumes frais locaux à des familles de l'Ontario, ce qui représente des ventes d'environ 4 millions de dollars.

Le gouvernement de l’Ontario protège les enfants en développant et en améliorant sa surveillance des systèmes de protection de l’enfance et des services résidentiels.
 
Aujourd’hui, le bureau de l’Ombudsman assumera toutes les fonctions d’enquête de l’intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes. Il s’agit d’une étape essentielle dans l’amélioration du système de protection de l’enfance. Ces changements sont décrits dans la Loi de 2018 visant à rétablir la confiance, la transparence et la responsabilité déposée l’automne dernier.
 
Le bureau de l’Ombudsman sera maintenant responsable des enquêtes sur les services fournis par des sociétés d’aide à l’enfance ou des établissements titulaires de permis, et aussi de répondre aux plaintes, en utilisant ses mécanismes d’enquête et de règlement anticipé. Par ailleurs, le bureau de l’Ombudsman doit être avisé de la mort ou d’une blessure grave d’un enfant ou d’un jeune qui a reçu des services d’une société d’aide à l’enfance.
 
Les sociétés d’aide à l’enfance et les établissements titulaires de permis devront maintenant informer leurs clients de l’existence de l’Ombudsman, de ses fonctions, et des moyens de communiquer avec lui. Ils doivent aussi donner à leurs clients qui souhaitent contacter l’Ombudsman les moyens de le faire sans attendre et en privé. Le numéro de téléphone que les enfants et les jeunes utilisaient pour contacter l’intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes pourra servir à contacter l’Ombudsman.